Plan de notre voyage en Terre Sainte :


Cana

A l’époque de Jésus, Cana était une ville plus grande que Nazareth. De nos jours, il reste deux églises qui commémorent le souvenir du premier miracle de Jésus : une église franciscaine catholique construite en 1881 et une église orthodoxe construite au XVIe siècle sur les ruines d’une ancienne mosquée.

église catholique de Cana (source : www.206tours.com)

A l’intérieur, un escalier permet d’accéder à la crypte où est entreposée, en son milieu, une immense jarre qui permet d’évoquer le premier signe de Jésus qui changea l’eau en vin. L’eau, symbole de la purification est devenue le vin de la fête et celui de la nouvelle Alliance (le Nouveau Testament). Ainsi ce premier miracle marqua l’avènement du temps de Jésus.


Dans la tradition chrétienne, les noces symbolisent le sacrement, c’est le signe d’une relation que Dieu donne avec amour et qui dure éternellement.

Lorsqu’on s’unit par le mariage, on prend sa, son partenaire pour épouse ou époux. Le mot époux ou épouse provient du latin « sponsus » ou « sponsa » qui signifie épouser la cause de quelqu’un d’autre. Ainsi se marier à l’église ne signifie pas s’unir uniquement avec sa ou son partenaire mais également devant et avec Dieu qui épouse la cause de l’Homme.

un mariage eût lieu lors de notre visite à Cana


Notre guide nous apprenait qu’au Moyen -Orient, appeler une mère « femme » est une expression noble chez les arabes comme chez les juifs. Ce n’est pas un terme dur comme cela l’est pour les occidentaux. Il nous a également appris que les catholiques orientaux, tout en gardant leurs propres rites, sont reconnus par le Vatican. Ainsi les prêtres catholiques orientaux peuvent  se marier.

De retour à Nazareth, un des pèlerins nous a présenté un exposé sur les patriarches. A l’origine, le patriarche était un chef de famille qui était désigné et nommé. Depuis la réforme de l’Empire Romain, le patriarche est un responsable religieux qui forme une communauté d’un même rite.

Jusqu’en 1054 (date du Grand Schisme d’Orient), il y avait cinq patriarcats :
– Rome, en Italie
– Constantinople (aujourd’hui Istanbul), dans l’ancienne Byzance,
– Antioche (aujourd’hui Antakya), en Turquie,
– Alexandrie, en Égypte
– Jérusalem

Le rôle du patriarche est de représenter sa communauté dans les autres églises. Seules les églises ou les évêques autocéphales, c’est-à-dire les églises indépendantes ou les évêques métropolitains orthodoxes, ne sont pas soumis à la juridiction d’un patriarche.
Le début de la religion catholique est fixé à la Pentecôte, lorsque l’Esprit Saint s’est posé sur les douze apôtres en leur donnant pour mission de faire connaître, de par le monde, l’existence et la Passion du Christ.


De nos jours, la majorité des catholiques en Terre Sainte sont d’origine arabe. Ils œuvrent beaucoup dans l’humanitaire. En 1993, des accords furent signés entre l’État hébreu et le Vatican afin que les catholiques arabes aient le droit d’exercer des activités autonomes, tout en respectant la législation israélienne. Ces accords ont été remis en cause en raison du mur de séparation. Aujourd’hui Israël veut changer le statu quo.

Les catholiques arabes endurent une situation qui leur est de plus en plus pénible et difficile à vivre. Ils ont, comme notre guide, la nationalité israélienne, mais sont de confession catholique et d’origine arabe. Vis-à-vis des musulmans, ils sont considérés comme des étrangers en Terre Sainte parce qu’ils sont chrétiens et israéliens. Pour le reste du monde, ils sont catholiques et orientaux (arabes). Pour Israël, ils sont israéliens mais chrétiens.


Retour au début


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.